CP du 29 janvier 2015 – Transports, medias, économie : l’utilisation de l’argent public laisse vraiment à désirer !

limousin_cp

La question de l’efficacité de l’argent public investi en région était au cœur de cette commission permanente de janvier, avec notamment les 3,4 millions d’euros accordés à une start-up grenobloise qui souhaite implanter une unité de production à Limoges

Etait-il par exemple utile de consacrer 200.000 euros pour la nouvelle livrée régionale sur les trains régionaux alors que le Limousin va être phagocyté l’an prochain par la grande région Aquitaine ? « Oui » selon le président de région qui continue à affirmer mordicus que le Limousin continuera à affirmer son identité. « Non » selon les élus Limousin Terre de Gauche qui ne se bercent pas d’illusion quant à l’influence et la place qui sera laissée aux futurs élu-e-s de notre ex-région dans ce grand ensemble.

Fallait-il aussi voter dès maintenant la subvention en faveur du syndicat mixte qui gère l’aéroport de Limoges ? Non avons-nous répondu sachant qu’un audit est lancé sur cet aéroport, que plusieurs financeurs ont déjà annoncé leur volonté de se retirer (comme le Conseil Général de la Haute-Vienne), que la Chambre de commerce et d’industrie a décidé de passer la main pour la gestion, que la région Aquitaine, futur décideur, ne participe pas au financement de ses aéroports. Beaucoup d’incertitudes qui auraient dû amener l’exécutif régional à plus de prudence, mais ….

Faut-il attribuer 144000 euros à Télim, jeune chaîne câblée privée à la diffusion confidentielle et utiliser l’argent public pour affaiblir ainsi et mettre en concurrence service public de télévision et chaîne privée ? Est-ce opportun au moment où le service public de l’audiovisuel est mis à mal par les pouvoirs publics  et où les chaînes régionales de France 3 voient leurs moyens humains et financiers réduits comme peau de chagrin avec, notamment, pour France 3 Limousin, une recentralisation à partir de Bordeaux ? Ne faut-il pas au contraire se battre pour obtenir un service public local de qualité en arrachant au gouvernement des financements à la hauteur ? C’est en tout cas l’avis de Limousin Terre de Gauche.

Mais c’est surtout l’aide accordée à une entreprise grenobloise qui a suscité le débat lors de cette commission. La région a été sollicitée pour apporter une aide à une start-up de Grenoble pour l’implantation d’une unité à Limoges. Isorg qui compte 21 salariés en Rhône-Alpes a mis au point des capteurs « intelligents » à destination en particulier des marchés de l’électroménager, de l’automobile, de l’électronique qu’elle souhaite produire sur le site d’Ester Technopole. Le groupe Limousin Terre de Gauche n’est pas opposé par principe aux aides économiques mais n’a pas manqué de s’interroger tout à la fois sur les conditions de l’arrivée de cette entreprise en Limousin, sur la hauteur de l’aide pressentie (8% du budget annuel du pôle économique), et sur les incertitudes liées à son développement. Alors que le projet était presque achevé sur Grenoble, la région Limousin, sollicitée par une société de capital-risque, a surenchéri financièrement pour attirer l’entreprise. En l’occurrence l’exécutif Limousin n’a pas lésiné sur son offre en proposant au total (investissements immobilier et matériels, recrutement de cadre, renforcement des fonds propres) près de 3,4 millions, comprenant même et anticipant un éventuel refus de l’Etat de verser la PAT (prime d’aménagement du territoire) de 600.000 euros. A cela s’ajoutent environ 4 millions d’avances remboursables provenant de divers fonds publics : soit au total 7,5 millions d’euros d’argent public (soit 70% de l’ensemble du projet, estimé à 11 millions).

Compte tenu de la hauteur de cette aide publique, les élus Limousin Terre de Gauche ont demandé que la région exige pour le moins une meilleure lisibilité du projet économique et de ses résultats escomptés et que l’argent public soit délivré exclusivement en avance remboursable. Les dirigeants de l’entreprise n’apportent en effet aucune garantie sur la stratégie et le développement de l’entreprise pas plus que sur les créations d’emplois (déjà prévues dans les mêmes conditions en region Rhône Alpes).

Ce pari industriel non maîtrisé risque de coûter cher aux contribuables limousins, sachant par ailleurs qu’il n’est assorti d’aucune garantie que l’argent public soit restitué en cas d’échec ou de délocalisation ! Le souci de la bonne efficacité des fonds publics et de leur sécurisation et le refus de la concurrence entre les territoires ont conduit les élus Limousin Terre de Gauche à voter contre cette aide.

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

Pas encore de commentaires ... Soyez le premier à laisser une réponse !

Laisser un commentaire