Communiqué : Pas plus au conseil général de la Haute-Vienne qu’ailleurs, ne faisons pas des jeunes des victimes de la politique d’austérité de ce gouvernement !

CG87exclusion En mettant fin à un dispositif d’aide légale qui a permis à des centaines de jeunes majeurs de poursuivre des études, d’acquérir une qualification, de « finir de se construire » afin de vivre de manière réellement autonome, le conseil général de la Haute-Vienne a pris une délibération dont l’injustice sociale est flagrante.

Cette décision témoigne tout d’abord de l’impact immédiat de la politique d’austérité engagée par le gouvernement et qui saigne les finances des collectivités locales, puisque c’est l’argument budgétaire qui est mis en avant pour supprimer ce dispositif touchant directement à l‘avenir des enfants et jeunes majeurs confiés au service de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Elle interroge ensuite sur les priorités du CG87 en 2015, lorsque l’on voit que le coût de ce dispositif est d’à peine plus de deux millions… quand les études préalables au projet de barreau LGV Limoges-Poitiers coûtent 2,75 millions ou que la pertinence d’un centre aquatique au coût élevé à Saint-Pardoux est contestée par un nombre croissant de personnes.

Elle touche enfin à la cohérence entre les politiques d’insertion menées entre les différentes collectivités : l’Etat indique vouloir lutter contre le décrochage scolaire, la région Limousin annonce qu’elle met en œuvre des politiques d’insertion professionnelle ou d’aide aux jeunes : le dispositif existant au conseil général de la Haute-Vienne a donc toute sa place ! Il ne faut pas le supprimer !

Il est encore possible de faire marche arrière et d’arrêter cette approche comptable et inhumaine qui aura également des incidences sur l’ensemble des services d’accompagnement des jeunes, que ce soit sur le plan social, scolaire, professionnel ou médical.

Le groupe Limousin Terre de Gauche (PCF, Ensemble!, PG) apporte son soutien à la lutte des salariés du conseil général de la Haute-Vienne qui sont en grève pour défendre un service public de qualité et demande à la présidente du Conseil général de la Haute-Vienne, de suspendre cette délibération et d’ouvrir au plus vite une négociation avec les grévistes sur l’ensemble de ce dossier.

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

Pas encore de commentaires ... Soyez le premier à laisser une réponse !

Laisser un commentaire