Communiqué : regroupement des régions : les citoyens doivent être consultés !

la-nouvelle-carte-des-regions_1854744_800x400 La messe serait dite : le Limousin disparaîtrait de la carte des régions, fondu au sein d’une entité disparate en compagnie de Poitou-Charentes et du Centre. Ainsi en a décidé, seul, un Président de la République discrédité qui pense trouver dans une réforme territoriale précipitée et bâclée un moyen commode de détourner la colère des électrices et électeurs face à une politique économique et sociale désastreuse.

Le groupe Limousin Terre de Gauche se prononce clairement contre ce projet qui n’a fait l’objet d’aucun débat au sein de l’institution. Le regroupement des régions n’est qu’un détricotage radical de l’organisation territoriale de la République et d’un processus de décentralisation censé rapprocher les décisions des citoyens. Son véritable objectif est en réalité de favoriser et d’accompagner la concentration des activités humaines et des pouvoirs politiques, afin de renforcer la guerre économique par la compétition entre les territoires, entre les pôles concentrant l’activité et les salariés à l’échelle nationale, européenne et mondiale.

La compression maximale de la dépense publique et des services publics, la privatisation de ces derniers, la réduction massive des emplois de fonctionnaires sont constitutifs de ce projet, conforme en cela à l’esprit et à la lettre des traités européens.

A ce regroupement à marche forcée nous opposons une coopération librement consentie entre toutes les collectivités locales, gage d’un tissu humain, social et économique réparti à l’échelle de l’ensemble du territoire national.

Face à la crise actuelle les entreprises implantées dans nos régions, essentiellement les PME dans les secteurs traditionnels ou de pointe, ont aussi besoin de processus coopératifs, entre filières, entre bassins d’emplois. Des régions très élargies favoriseraient-elles cette économie de proximité et de coopération ? Non. Les régions dont le projet gouvernemental est porteur seraient sous la coupe des secteurs économiques et géographiques les plus puissants. La loi du plus fort prédominerait.

Par ailleurs, le regroupement des régions, doublé d’une suppression des départements, éloignerait davantage encore les citoyens de leurs élus et des pôles de pouvoir, affaiblissant encore une démocratie mise à mal par la Vème république.

En tout état de cause, un tel projet doit être débattu avec l’ensemble de nos concitoyens et donner lieu à l’expression de leur souveraineté directe par la voie référendaire.

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

Pas encore de commentaires ... Soyez le premier à laisser une réponse !

Laisser un commentaire