Lettre du Limousin juillet 2013 n°103 – Tribune du groupe Limousin Terre de Gauche

lettrelimousin.jpg Acte III de la décentralisation ou VIème république : deux conceptions de la démocratie

Face la montée des inquiétudes et des contestations, le gouvernement a décidé de revoir le calendrier et la copie de son projet de nouvel acte de la décentralisation. Afin sans doute de mieux faire avaler la pilule, trois textes vont être discutés : le premier, largement entamé, concerne la création des métropoles, le second, à l’automne, le rôle des Régions et le troisième, au lendemain des municipales de 2014, traitera de l’avenir des départements et des intercommunalités.
On aurait tort de ne voir dans ce dossier qu’une affaire de spécialistes devisant sur la meilleure architecture institutionnelle possible pour nos territoires. Au contraire, chaque citoyen est concerné par un ce nouvel acte de la décentralisation qui reprend un grand nombre de propositions directement inspirées de l’ère Sarkozy. Il vise notamment :
– à restreindre la démocratie de proximité, notamment en affaiblissant le rôle des communes et en renforçant les métropoles, agglo et communautés de communes
– à favoriser la bipolarisation de la vie politique avec un nouveau charcutage électoral et des modes de scrutin favorisant les partis dominants écartant de fait la diversité des opinions

 
– à concentrer les pouvoirs entre les mains de quelques élus.
– à accentuer la mise en concurrence exacerbée des territoires, selon la logique même du libéralisme, et à accentuer la désertification des zones rurales au profit des grandes villes
– à fragiliser les services publics et à mettre fin à l’égalité de traitement entre citoyens.
En l’état, cette réforme conduirait en définitive à une profonde régression démocratique et à l’éclatement de l’égalité républicaine sur nos territoires.

Une nouvelle constitution est nécessaire

Renforcer la démocratie exige d’autres choix, élaborés en partant des préoccupations et des besoins des populations, de leur aspiration à plus de citoyenneté. Des choix qui doivent s’opérer dans le cadre d’un Etat qui reste garant de l’égalité et de la solidarité entre les territoires.
Il est donc nécessaire d’engager un processus constituant, rendant le pouvoir aux citoyens, afin de définir, ensemble, les institutions nécessaires à une véritable démocratie locale : c’est ce que nous proposons de mettre en œuvre dans le cadre d’une VIème République

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

Pas encore de commentaires ... Soyez le premier à laisser une réponse !

Laisser un commentaire