La Région à l’heure des choix

lettre du limousinTribune du groupe parue dans le numéro 90 (novembre-décembre) de la Lettre du Limousin

 La  formidable mobilisation populaire qui a fait descendre dans la rue des millions de salariés, lycéens, étudiants dénonçant le projet de réforme des retraites témoigne du rejet grandissant de la politique menée par Nicolas Sarkozy et sa majorité de droite. Les élus de Limousin terre de gauche se sont pleinement investis dans cette lutte en participant aux rassemblements et actions menées par l’intersyndicale et en s’en faisant le relais au sein de l’institution.Opposants à la réforme des retraites et élus régionaux sont confrontés aujourd’hui à la même logique dévastatrice, celle d’une politique toute entière tournée vers la satisfaction des marchés financiers. Dans un cas il s’agit de livrer aux appétits du privé le pactole des retraites, dans l’autre d’asphyxier les poches potentielles de résistance.Le Limousin, comme l’ensemble des autres régions françaises, vient ainsi de voir ses dotations gelées et ses ressources amputées par la réforme de la Taxe professionnelle. Cela représentera en 2011 une perte sèche de recettes de plusieurs millions d’euros. Ce manque à gagner nécessite de mener une bataille d’ampleur pour exiger une autre réforme de la fiscalité locale, liée à l’exigence de suppression du projet de réforme des collectivités territoriales 

Conditionner les aides économiques
Il devrait aussi conduire la majorité régionale à hiérarchiser ses priorités et s’interroger sur le mode de développement économique qu’elle entend soutenir. S’agit-il d’accroître la capacité des entreprises à faire des profits ou s’agit-il de favoriser l’emploi durable et le progrès social?

Le principe d’une conditionnalité des aides à des critères sociaux, démocratiques et écologiques dès le premier euro doit selon nous remplacer la logique de guichet. Et les banques doivent être mises à contribution en lieu et place des collectivités pour assumer enfin  leur rôle d’investisseur auprès des entreprises. Parce que le développement économique devrait s’accompagner du développement social, les efforts dans le secteur l’éducation doivent rester une priorité de la dépense régionale. Le budget qui lui est consacrée ne doit donc pas être revu à la baisse. Par ailleurs la région doit renoncer à prendre la place de l’Etat dans le financement d’une infrastructure aussi coûteuse que le barreau LGV Limoges-Poitiers dont la pertinence n’est pas avérée. 
Ce sont ces priorités que les élus de « Limousin terre de gauche » entendent porter dans le débat public. D’une prise en compte substantielle par l’exécutif régional découlera leur vote sur le budget primitif 2011. 

Pour être informés de l’action des élu-e-s Limousin terre de gauche, consulter le tout nouveau site internet : http://www.terredegauche.fr et s’inscrire à la lettre d’informations.

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

Pas encore de commentaires ... Soyez le premier à laisser une réponse !

Laisser un commentaire